Envoyer un lien vers cette page à un ami !


 

Vous êtes ici : Accueil : Destinations : Europe : Norvège : Histoire de la Norvège

Histoire de la Norvège

 

L'époque Viking

Vers 900, Harald-à-la-belle-chevelure unifie la Norvège et devient son premier souverain. A la même époque, des Vikings partent s'établir en Angleterre, France, Irlande et Islande.

Ce que nous savons de cette époque vient essentiellement des découvertes archéologiques, à défaut de tout document écrit. Toutefois les Sagas, qui ont été transmises oralement de génération en génération avant d'être transcrites à une époque ultérieure, sont les témoins d'une période qui, sans conteste, a été l'une des plus riches de toute la préhistoire nordique.

 

La christianisation de la Norvège

La christianisation de la Norvège ne se fit que très progressivement, sur une période d'environ deux siècles. Cette conversion fut achevée avec l'avènement de trois rois missionnaires, Haakon le Bon, Olaf Tryggvason(Olaf 1er) et Olaf Haraldsson le Gros. Il devait mourir en martyr sur le champ de bataille de Stiklestad en 1030 et y devenir saint Olaf. La Réforme fut appliquée par décret royal en 1537.

Dès le début du 17e siècle, la Norvège toute entière adopta la doctrine luthérienne.

 

L'union avec le Danemark

A partir de 1380, le Danemark et la Norvège forment un seul royaume. Le 14e siècle a été marqué de nombreuses épidémies dont la Peste Noire qui affecta fortement la population ainsi qu'une grave crise économique qui affaiblit le pays. Le commerce était quant à lui au moins de la Ligue Hanséatique basée à Bergen. Le traité d'union devait ­ en théorie ­ garantir l'égalité entre les deux royaumes. Ce principe ne fut jamais appliqué.

En 1536 la Norvège perdit son indépendance et devint territoire danois. Ce lien politique étroit avec le Danemark entraîna inévitablement la Norvège dans les guerres danoises menées contre la Suède et les puissances de la mer Baltique. En ces temps de monarchie absolue, il avait été décidé que le Danemark et la Norvège forment une seule entité économique. Un certain sentiment national se fit jour dans les classes moyennes. Les commerçants norvégiens réclamèrent au Danemark une banque nationale norvégienne et une université. Elles leur furent refusées. On craignait en haut lieu toute démarche susceptible de rendre la Norvège plus autonome et d'affaiblir ainsi l'Union. L'idée même d'une Université et d'une banque nationale norvégienne allait devenir les symboles d'une conscience nationale grandissante. Ce processus ne fit que s'accélérer au cours des guerres napoléoniennes de 1807-1814. L'Union dano-norvégienne était l'alliée de la France et, en conséquence, le blocus isola la Norvège à la fois du Danemark et des marchés étrangers. Les exportations de bois et les échanges maritimes s'arrêtèrent brutalement, la famine s'étendit au pays tout entier.

Comme la Norvège ne pouvait plus être soumise au contrôle direct de Copenhague, on nomma une commission gouvernementale qui prit le relais. Une université fut créée en 1811, le roi Frédéric VI ayant finalement accédé aux demandes des Norvégiens. Ces événements furent le prélude de ce qui devait se produire en 1814.

 

L'union avec la Suède

Livrée en 1814 à la Suède par le Danemark en butin de guerre, la Norvège est rattachée à la couronne suédoise. C'est ainsi que prirent fin 434 ans d'union entre la Norvège et le Danemark. Les Norvégiens n'acceptaient pas cet état de choses sans réticences. Le Prince Christian-Frédéric, neveu du roi du Danemark, était alors gouverneur de Norvège. En accord avec son oncle, il favorisa la révolte des Norvégiens afin d'empêcher les Suédois de reprendre le pays, et aussi, vraisemblablement, afin de rétablir l'Union dano-norvégienne.

Les manœuvres du gouverneur aboutirent à la convocation d'une assemblée constituante. Elle se tint à Eidsvoll, à quelque 70 kilomètres au nord d'Oslo. Le 17 mai 1814 la nouvelle constitution fut adoptée, et Christian Frédéric élu roi de la Norvège. Depuis lors le 17 mai est la fête nationale de la Norvège. Les Suédois tentèrent d'abord de faire pression sur le plan diplomatique, et lorsque cela s'avéra inefficace, ils passèrent à l'offensif militaire, avec des troupes bien entraînées, et réduisirent rapidement la résistance des Norvégiens.

Un accord fut signé à Moss (au sud d'Oslo) en août : les Suédois y reconnaissaient la Constitution norvégienne signée à Eidsvoll, avec les amendements rendus nécessaires par l'Union des deux royaumes. Le roi Christian Frédéric abdiqua le 10 octobre 1814, et quitta le pays. La Norvège entrait dans une nouvelle Union. La Norvège connu par la suite une crise économique dure et longue. En effet le marché commun avec le Danemark n'existait plus et le marché britannique se ferma aux exportations de bois norvégiennes Pendant cette période de revers économiques, le Storting (l'assemblée nationale norvégienne) et la monarchie suédoise s'affrontèrent à plusieurs reprises.

 

L'indépendance de la Norvège

A la fin du 19e siècle les heurts à propos de l'Union se multiplièrent. Ce fut la question de la représentation consulaire séparée qui déclencha le dernier conflit. Le 11 mars 1905, le gouvernement Michelsen fut constitué pour régler ce problème de façon unilatérale. Le 7 juin, le gouvernement démissionna. Mais le Storting lui demanda de différer son départ, conformément à la Constitution et aux lois en vigueur, et "conformément aux amendements rendus nécessaires du fait que l'Union avec la Suède sous l'autorité d'un seul roi est dissoute et que le roi de Suède est déchargé de ses fonctions de roi de Norvège". Pour les Norvégiens, l'Union était rompue. Mais les Suédois réclamèrent un référendum pour savoir si la population se ralliait à cette décision. Qui plus est, la Suède exigea des négociations sur les conditions d'une dissolution de l'Union.

Le référendum eut lieu en août 1905. 368.392 Norvégiens se prononcèrent pour la dissolution et 184 furent contre. Le 18 novembre 1905, le Storting proclama le prince danois Charles roi de Norvège. Il prit le nom de Haakon VII. Après sa séparation d'avec la Suède, la Norvège connut une période d'expansion économique qui dura jusqu'à la Première Guerre mondiale, en 1914. Malgré cet essor économique, beaucoup de Norvégiens émigrèrent aux Etats-Unis au début du siècle.

 

La Norvège d'après 1905

La Norvège resta neutre pendant la Première Guerre mondiale, ce qui n'empêcha pas sa flotte marchande, victime des sous-marins et des mines, de subir de lourdes pertes. Environ deux mille marins y laissèrent leur vie. Mais la guerre engendra aussi des bénéfices financiers considérables, qui permirent de racheter d'importantes compagnies passées sous contrôle étranger (Borregaard, les mines de charbon de Spitsbergen au Spitzberg, etc.. Les accords conclus en 1920 après la guerre reconnurent la souveraineté de la Norvège sur le Spitzberg.

La dépression économique, qui avait débuté dans les années 20, n'épargna pas la Norvège. Le chômage fut important jusqu'au début de la Seconde Guerre mondiale. En 1932 l'économie se redressa. Entre 1935 et 1939, le revenu national augmenta de plus d'1 milliard 400 millions de couronnes, somme considérable pour l'époque.

En 1920 la Norvège devenait membre de la Société des Nations, renonçant ainsi à sa politique d'isolement. La coopération entre pays nordiques, déjà amorcée pendant la guerre, se poursuivait au sein de cette institution. Ces pays apportaient leur soutien à toutes mesures de maintien de la paix, tout en évitant de participer à des sanctions militaires. Le Président du Storting, Carl Joachim Hambro, était Président de la Société des Nations quand la Seconde Guerre mondiale éclata.

 

La Seconde Guerre mondiale

Lorsque la Seconde Guerre mondiale éclata en 1939, la Norvège se proclama neutre une nouvelle fois. La déclaration de neutralité n'avait pas grand sens. Le 9 avril 1940, l'Allemagne attaquait la Norvège, qui fut vaincue après deux mois de résistance. La famille royale, le gouvernement, certains hauts responsables du Ministère de la Défense et des responsables des armées s'exilèrent en Grande-Bretagne. Le gouvernement norvégien continua à exercer ses fonctions depuis son exil à Londres. La flotte marchande mise à la disposition des Alliés fut la plus importante contribution de la Norvège à l'effort de guerre. Cela représentait plus de 1000 navires. Des unités militaires furent constituées sur le sol britannique et prirent part aux combats navals de l'Atlantique, à celui qui s'engagea sur le continent européen après 1944, et elles prirent part au conflit dans l'espace aérien britannique et continental. Certaines d'entre elles prirent part à la lutte contre les forces allemandes, après que l'Union Soviétique eut réussi à libérer une petite partie du territoire norvégien, aux confins septentrionaux du Finnmark oriental.

En Norvège, la résistance des civils ne cessait de croître et les actions militaires clandestines sur le terrain donnaient aussi du fil à retordre à l'occupant. Le pays resta sous domination ennemie jusqu'à la capitulation de l'Allemagne en 1945. Il y avait à l'époque 400.000 soldats allemands stationnés en Norvège, ce qui est assez conséquent par rapport à une population d'à peine 4 millions d'habitants. Dès le 8 mai 1945 les unités militaires de la Résistance norvégienne reprirent certaines positions occupées par les nazis. Petit à petit, les armées alliées et norvégiennes, venant de Grande-Bretagne et de Suède, vinrent grossir leurs rangs. Lorsque l'ennemi déposa les armes, les forces alliées prirent le relais.

Le gouvernement en exil quitta la Grande-Bretagne pour rentrer au pays et, le 7 juin, le roi Haakon faisait son entrée dans le port d'Oslo sur un navire britannique. A la fin de la guerre, 92.000 Norvégiens vivaient encore à l'étranger, dont 46.000 en Suède. Outre les Allemands, il y avait 141.000 étrangers en Norvège, dont la plupart étaient des prisonniers de guerre. Il y avait parmi eux 84.000 Russes. Les Allemands avaient réquisitionné 40% du produit national brut, et la guerre avait fait des ravages, surtout au Finnmark. La politique de la terre brûlée, pratiquée par l'envahisseur lors de son retrait, l'avait en grande partie dévastée. Ailleurs, des villes et des villages furent détruites par les bombardements ou les incendies volontaires.

10.262 Norvégiens trouvèrent la mort dans cette guerre, que ce soit au combat ou dans les camps de prisonniers. Environ 40.000 d'entre eux furent emprisonnés. Toutes tendances confondues, les Norvégiens firent de la reconstruction du pays la priorité absolue.

 

L'après-guerre

Dans l'immédiate après-guerre, la Norvège adopta un profil très bas en matière de politique étrangère. Elle voulait rester à l'écart de tout conflit éventuel entre grandes puissances ou blocs constitués.

Les Norvégiens, dont un de leurs concitoyens était le premier Secrétaire Général des Nations Unies, (M. Trygve Lie), espéraient que cette nouvelle institution serait une garantie de sécurité suffisante. Elle était censée remplacer dans ce rôle la Grande-Bretagne, à qui les autorités norvégiennes s'en étaient remis avant 1940. Bien que ce système n'ait guère fonctionné quand l'Allemagne occupa la Norvège, celle-ci resta malgré tout fidèle aux Alliés. Alors que la tension grandissait entre l'Est et l'Ouest, la politique étrangère norvégienne prit une nouvelle orientation.

La Norvège bénéficia de l'aide du plan Marshall, encore qu'au début il y eût quelques réticences. Grâce à ce plan, elle reçut 2.5 milliards de couronnes entre 1948 et 1951. Après une période de transition où la Norvège essaya de former une alliance de défense avec les pays nordiques, elle devait rejoindre l'OTAN en 1949 en même temps que le Danemark. Depuis, tous les sondages d'opinion réalisés montrent qu'une écrasante majorité de Norvégiens approuvent cette adhésion. Les années d'après-guerre ont vu l'économie norvégienne se redresser progressivement. Toutes les énergies se mobilisèrent pour créer un Etat-Providence, qui fait de la société norvégienne d'aujourd'hui une société économiquement et socialement beaucoup plus homogène que bien d'autres pays occidentaux.

 

La découverte du pétrole dans les années 60

Puis vint l'ère du pétrole dans les années 60. Les prospections dans la mer du Nord révélèrent des gisements extrêmement riches, et permirent une importante production d'hydrocarbures et de gaz. D'autres gisements furent découverts plus tard dans la mer de Norvège et la mer de Barents. L'essentiel de la production vient à l'heure actuelle de la mer du Nord, au large du pays, entre Valhall et Statfjord.

Ces découvertes ont entraîné une importante restructuration de l'industrie et du commerce.Les industries traditionnelles, aux coûts de production de plus en plus élevés, eurent du mal à faire face à la concurrence internationale, et connurent une importante récession. Le taux de chômage s'est peu à peu accentué, tout en restant parmi les plus faibles d'Europe.

 

La Norvège et l'Union européenne

La question de l'adhésion à la CEE ­devenue entre-temps l'UE ­ est le défi politique majeur de la Norvège. Il se pose pour la première fois dans les années soixante.

En 1967, la Grande-Bretagne fait acte de candidature, poussant le gouvernement, pourtant peu enclin à prendre position, à sortir de sa réserve. Le Storting décide alors de renouveler sa demande, qui datait de 1962. Cette décision ouvre une véritable boîte de Pandore politique. Les fronts se cristallisent, et le gouvernement Borten finit par éclater, en 1971. Un gouvernement travailliste dirigé par Trygve Bratteli est chargé de mener les négociations. Le résultat de ces pourparlers est soumis au verdict populaire à l'automne 1972. Le référendum se solde par un non à l'adhésion (par 53% contre 47%). Ce résultat entraîne la démission du gouvernement Bratteli. Un gouvernement de centre droit dirigé par le chrétien populaire Lars Korvald se charge alors de négocier avec la CEE un traité commercial qui régira les relations économiques entre la Norvège et la communauté européenne jusqu'au début des années 90. Lors d'un référendum organisé à l'automne 1994, les Norvégiens refusent une nouvelle fois d'adhérer à l'UE : 52,5% de non contre 47,5% d'oui.

Une fois encore, la question européenne réveille les passions. La participation au scrutin de 1994 atteint 88,5%, soit 9,4 points de mieux qu'en 1972. La Suède, la Finlande et l'Autriche, qui viennent de dire oui à l'Europe, quittent l'AELE. Au premier janvier 1995, seuls la Norvège, le Liechtenstein, l'Islande et la Suisse restent membres de l'association européenne de libre-échange. Cependant, le traité de l'Espace économique européen (EEE) conclu entre l'UE et l'AELE en 1992 garantit la participation de la Norvège au devenir économique de l'EEE, lui ouvre l'accès au marché unique et lui permet de participer aux projets européens de collaboration lancés dans de nombreux domaines annexes. Le traité permet aux entreprises norvégiennes de concourir à armes égales sur le marché européen avec les autres pays de l'UE et de l'EEE. Par ailleurs, des institutions ont aussi été mises en place pour que la Norvège puisse exercer une influence sur la réglementation nouvelle dans les domaines couverts par le traité, dès sa conception.

Malgré deux refus consécutifs de la population, la question de l'adhésion à l'Union Européenne est toujours d'actualité et gagne de plus en plus de partisans.

 

Quelques repères :

· 9000 av. J.-C. - 8000 : Premiers signes de peuplement humain

· 8000 - 4000 av. J.-C. : Début de l'âge de pierre, chasseurs et pêcheurs, gravures rupestres

· 4000 - 1500 av. J.-C. : Fin de l'âge de pierre, début de l'agriculture, bétail

· 1500 - 500 av. J.-C. : Age du bronze, outils agraires, bijoux, verre, armes

· 500 - 800 ap. J.-C. : Age du fer, charrue et faux

· 800 - 1050 ap. J.-C. : Age Viking, navigation, commerce et conquêtes, inscriptions runiques, voyages de découverte, Leif Eriksson découvre l'Amérique

· 900 ap. J.-C. : Unification de la Norvège en un royaume

· 1030 : Introduction du christianisme en Norvège

· 1130 : Début du Haut Moyen Age, accroissement de la population et consolidation du pouvoir à la fois de l'Eglise et de la Couronne

· 1100 - 1200 : La monarchie contrôle l'Eglise, l'esclavage est aboli

· 1350 : la Peste réduit la population de presque deux tiers

· 1380 - 1536 : Union avec le Danemark par mariage royal

· 1536 : La Norvège cesse d'être un royaume indépendant

· 1814 : Adoption de la Constitution norvégienne, fondée sur la Déclaration de l'Indépendance Américaine

· 1814 - 1905 : Union avec la Suède

· 1905 : fin de l'Union. Haakon VII est couronné roi

· 1913 : Droit de vote universel pour les femmes. La Norvège est parmi les premières nations du monde à établir le suffrage universel

· 1940 - 1945 : Seconde Guerre Mondiale, la Norvège est occupée par l'Allemagne

· 1957 : Mort du roi Haakon VII, Olav V est couronné roi

· 1970 : Découverte de gisements de pétrole et de gaz en mer du Nord au large de la Norvège

· 1991 : Mort de Olav V, Harald V devient roi