Envoyer un lien vers cette page à un ami !


 


Vous êtes ici : Accueil : Destinations : Océan Indien : Sri Lanka : Histoire

Histoire du Sri Lanka

Premiers peuples

L'Histoire connue du Sri Lanka débute en 543 avant JC, avec l'arrivée du prince Vijaya sur l'île. Les populations qui débarquèrent étaient indo-européennes : c'est d'elles que descendent les Cinghalais d'aujourd'hui. On connaît peu l'Histoire des aborigènes, les Veddha, présents bien avant eux. 300 ans plus tard commença la première période Anuradhapura, avec le roi Devanampiya Tissa, sous le règne duquel fut planté l'arbre Bo, célèbre pour avoir abrité Bouddha pendant sa révélation. Puis, au premier siècle avant JC, les Tamouls du sud de l'Inde tentèrent de conquérir Ceylan. L'île fut séparée en plusieurs petits royaumes pacifiques.

 

Période portugaise

La capitale fut transférée d'Anuradhapura à Polonnaruwa au XIè siècle. Marco Polo arriva au XIIIè ou XIVè siècle sur l'île, mais ce n'est qu'en 1505 que les Portugais occupèrent réellement la région, notamment grâce à Lorenço de Almeida, qui acquit un monopole sur le négoce des épices et de la cannelle. Le Portugal finit par conquérir la totalité de l'île, excepté la zone montagneuse de la région de Kandy. Les missionnaires chrétiens répandirent leur parole dans l'île.

 

Période hollandaise puis anglaise

En 1658, les Hollandais furent appelés par le roi de Kandy, pour chasser les Portugais. La situation resta alors la même pour les habitants de l'île, qui passèrent d'une domination européenne à une autre. Les Anglais arrivèrent en 1796, prirent le contrôle de l'île et annexèrent en plus le royaume de Kandy en 1815 : ils devinrent ainsi les premiers à dominer l'île entière. Le pays se développa économiquement durant cette période, des routes et chemins de fer furent construits et l'Anglais devint langue officielle. Le café fut beaucoup cultivé jusqu'en 1870, date à laquelle le thé le remplaça. Les Cinghalais, refusant de travailler pour des salaires de misère pour le compte des Anglais, furent chassés dans les collines centrales de l'île, et des Indiens du Sud (Tamouls) vinrent s'installer au Sri Lanka.

Entre les deux guerres, les volontés d'indépendance des Sri Lankais se firent sentir, de façon beaucoup plus pacifique qu'en Inde. En février 48, Ceylan devint donc un dominion indépendant du Commonwealth.

 

Conflits religieux et ethniques

Dès la première année de l'indépendance, le gouvernement cinghalais modifia la Loi sur la citoyenneté ceylanaise dans le but de diminuer le nombre de la représentation tamoule. Ainsi, le gouvernement supprima la citoyenneté à un million de «Tamouls des montagnes» — dont les ancêtres avaient été installés dans l'île par les Anglais, comme coolies, depuis 1827 — sous prétexte qu'ils étaient de descendance «indienne». De cette façon, les Cinghalais réduisirent d'un tiers la représentation tamoule au Parlement.

En 1956, le Parti sri-lankais de la liberté prit le pouvoir avec l'appui de nombreux dirigeants bouddhistes. Le gouvernement adopta la politique du «Cinghalais seulement», laquelle était destinée à faciliter l'accès des bouddhistes à la fonction publique et à l'université. De plus, le gouvernement du Ceylan adopta une loi, la Official Language Act , déclarant que «le cinghalais est le langue officielle du Ceylan» et que le bouddhisme est la religion de l'État. Il n'y avait même plus de Tamouls au sein du gouvernement. 

Devant le bannissement du tamoul comme langue officielle et le sentiment d'être injustement traitée par les pouvoirs en place, la population tamoule se souleva. C'est dès ce moment qu'est née chez les Tamouls la volonté de s'affranchir de l'État centralisateur et d'affirmer leur autonomie. Mais le gouvernement cinghalais nationalisa en 1961 les écoles tamoules, ce qui obligea les Tamouls à apprendre le cinghalais. Tous ces faits favorisèrent l'émergence du militantisme tamoul.

Le conflit prit une nouvelle tournure à la fin des années soixante-dix, quand le principal parti politique de la communauté tamoule, le Front uni de libération des Tamouls , demanda la création d'un État indépendant dans les provinces du Nord et de l'Est.

À partir de 1983, les dissidents tamouls, regroupés au sein des Tigres de la libération de l'Eelam tamoul (LTTE) entrèrent en rébellion ouverte contre le régime de Colombo. En 1987, après que les forces armées cinghalaises eurent mis fin à une offensive sur la ville de Jaffna, les gouvernements de l'Inde et du Sri Lanka signèrent un accord (l'accord dit «indo-sri-lankais») qui prévoyait une action politique et militaire concertée en vue de mettre un terme au conflit dans le Nord. Dans un premier temps, les sécessionnistes tamouls acceptèrent de ne pas affronter les troupes indiennes, en échange de promesses d'autonomie, mais revinrent sur leur position.

Le président Premadasa, élu en 1989, fut assassiné en 1993, l'attentat étant attribué à un Tamoul. La guerre civile reprit, sauf pour un court cessez-le-feu de 14 semaines conclu en 1995. Le 26 janvier 1998, le gouvernement interdit le LTTE après un attentat suicide à Kandy, lieu saint du bouddhisme. Le clergé bouddhiste est toujours resté hostile à toute revendication tamoule.

Le 3 août 2000, afin de mettre fin à la guerre, le gouvernement du Sri Lanka présenta au Parlement un projet de Constitution fédérale accordant une importante dévolution de pouvoirs aux Tamouls. Toutefois, l'autonomie dont il est question n'est pas l'indépendance, car le gouvernement propose aux Tamouls une forme de fédéralisme, d'ailleurs «indissoluble». C'est pourquoi les Tigres de libération de l'Eelam tamoul (LTTE) ont rejeté cette révision constitutionnelle et ont réclamé à nouveau l'indépendance pure et simple.

Selon les statistiques officielles du gouvernement sri-lankais, quelque 20 000 rebelles tamouls auraient été tués en 15 ans de conflit (depuis 1985) entre la guérilla des Tigres de libération de l'Eelam tamoul (LTTE) et les troupes gouvernementales...

 

 

Quelques repères :

Ve ou VIe siècle av. J.-C. - Arrivée des premiers Cinghalais, probablement originaires du nord de l'Inde.

IVe siècle av. J.-C. - Essor du royaume cinghalais d'Anuradhapura. Mahinda, fils du grand empereur bouddhiste Ashoka, propagera sur l'île l'enseignement du Bouddha.

1505 - Débarquement à Colombo du Portugais Lorenço de Almeida.

1658 - Les Hollandais, sollicités par Kandy chassent les Portugais et s'installent sur l'île.

1796 - Arrivée des Anglais, qui parviendront en 1815 à annexer le royaume de Kandy.

1802 - Ceylan devient colonie de la Couronne.

1948 - L'île obtient le statut de dominion indépendant au sein du Commonwealth britannique.

1971 - L'état d'urgence est imposé sur les territoires des Tamouls, qui se heurtent à des lois discriminantes et revendiquent un Etat indépendant, Eelam, au nord et à l'est.

1983 - Après le massacre d'une patrouille de l'armée par les "Tigres" tamouls sécessionnistes, les Cinghalais tuent, incendient et pillent pendant plusieurs jours.

1987 - Accord de paix entre Tamouls et Cinghalais sous l'égide de l'Inde.

1995 - L'armée cinghalaise investit la capitale régionale, fief des tamouls, Jaffna.

1999 - En mars à Colombo, plusieurs milliers de manifestants réclament une issue politique à la guerre entre forces gouvernementales et séparatistes tamouls.

2001 - Débuts de négociations de paix sous l'égide de la Norvège.

2002 - Les pourparlers de paix organisés en Thaïlande, sous médiation norvégienne, entre le gouvernement et les Tigres, sont marqués par la déclaration du LTTE qui annonce combattre désormais pour une autonomie régionale au Sri Lanka et non pour un Etat séparé.

2003 - Les représentants des Tigres annoncent qu'ils se retirent du volet consacré au désarmement dans les discussions de paix engagées avec le gouvernement. Néanmoins, le chef des négociateurs précise que le LTTE ne se retire pas du processus de paix.